Ferme Drouin

 

 

 

 

 

 

Il existe à Casselman, dans l’est ontarien, à une demi-heure d’Ottawa, une ferme où on peut socialiser avec des animaux, camper en nature, se promener en charrette 12 mois par année, glisser, s’éclater dans un parc d’amusement, déguster un buffet de cabane à sucre, organiser une réception ou un événement (mariage, fête) avec service de traiteur, célébrer la fête de la pomme et de la citrouille et même assister à une pièce de théâtre!

Inutile de dire que les familles et les groupes d’amis sont reines et rois à la Ferme Drouin!

Développée à la fin du 19e siècle par la famille Pierre, la ferme a pris le nom de Drouin lorsque la fille de Napoléon Pierre, fils de l’acheteur du lot Gilbert Pierre, a pris les rênes avec son mari, Eugène Drouin.

Leur fils Ronald a pris la relève en 1960 et depuis ce temps, cinq générations se sont succédé à la tête de cette ferme familiale où les maîtres-mots sont relaxation, sécurité et plaisir.

C‘est l’endroit idéal pour vous évader du stress de la vie de tous les jours; nous prenons tout en main pour que vous puissiez apprécier votre séjour parmi nous en pleine campagne.

casselman

Gare de Casselman (2013)

Le village de Casselman est la municipalité la plus francophone des huit municipalités des Comtés unis de Prescott et Russell. Comment expliquer ce caractère français très marqué ? Il faut pour cela revenir au début des années 1880. Un événement majeur se produisit qui allait donner un essor considérable à la colonisation et au développement du village, dont profitèrent cette fois pleinement les Canadiens-français. Ce fut l’arrivée du tout premier train du Canada-Atlantique à Casselman, en février 1882, sur la ligne entre Coteau Junction (Québec) et Ottawa. Dès lors, l’histoire du village fut intimement liée à son histoire ferroviaire.

Casselman compte 2 600 francophones sur 3 500 habitants.

Source : Document « Notre Place », Association française des municipalités (2017)

CHAMPLAIN ET LA VALLÉE DE L’OUTAOUAIS : 1613

De retour en Nouvelle-France, Champlain remonte le Saint-Laurent pour retrouver ses alliés autochtones, à hauteur des actuels rapides de Lachine, près de Montréal. Leurs renseignements et leur assistance sont essentiels à la poursuite de ses voyages sur le Saint-Laurent et dans l’actuel Ontario. Champlain retrouve ses alliés algonquins (anishinabegs) à hauteur des rapides et leur promet de les aider dans leur guerre contre les Iroquois (Haudenosaunees). En retour, il se voit offrir deux canoës et un guide pour son expédition. Aux rapides, Champlain fait également la rencontre de Nicolas de Vignau, jeune interprète français qui prétend avoir effectué un aller-retour jusqu’à la baie d’Hudson en tout juste 17 jours. Impatient de tester la validité de l’affirmation de Nicolas de Vignau, Champlain quitte Montréal accompagné de quatre Français, dont Vignau, et d’un guide algonquin (anishinabeg) à la fin du mois de mai 1613.

Champlain et son groupe poursuivent leur remontée du Saint-Laurent au-delà des actuels rapides de Lachine, puis traversent le lac des Deux Montagnes pour rejoindre la rivière des Outaouais.
Ils font route vers le nord-ouest en suivant la rivière des Outaouais, où ils rencontrent plusieurs rapides difficiles et dangereux. Parvenus à une étape, ils rencontrent les membres d’une nation algonquine (anishinabeg), qui tentent de dissuader Champlain de poursuivre son périple, vraisemblablement pour protéger leur hégémonie sur les voies navigables de la région et sur le commerce. Mais Champlain est déterminé, et les Algonquins conviennent de lui fournir un guide en échange d’un otage français, après quoi le groupe poursuit son périple.

Source : Fiducie du Patrimoine ontarien

Prescott-Russell

Une région à découvrir!

Dans notre belle région, située dans l’Est ontarien, vous retrouverez un éventail d’endroits à visiter et d’activités intéressantes pour vous divertir. Profitez également de votre séjour pour apprécier l’authenticité et l’abondance de produits locaux.

POUR EN SAVOIR PLUS ET PLANIFIER VOTRE VOYAGE DANS LA RÉGION DE PRESCOTT-RUSSEL :

 

Laisser un commentaire